Cover image
Normal view MARC view ISBD view

A l'enseigne de la Cloche d'Or [Texte imprimé] : les Le Guay, une dynastie de fondeurs de cloches à Paris sous l'Ancien Régime / Clément Noual,...

Auteur principal: Noual, Clément, 1989-..., AuteurAuteur secondaire: Smith, Marc, 1963-...., DirecteurAuteur collectivité secondaire: École nationale des chartes, Paris, Donneur de gradesLangue:Français ; of summary, Anglais ; of summary, Anglais.Pays: France.Publication:[S.l.] : [s. n.], 2015Description: 2 vol. (475 p.) ; 30 cmRésumé: La dynastie des Le Guay représente l'une des plus illustres familles de fondeurs de cloches en France sous l'Ancien Régime. Ils sont connus de 1650 à 1472, et ont disparu comme ils étaient apparus, sans laisser de trace. Ils habitaient à Paris dans le faubourg Saint-Marcel, fondaient des cloches principalement en Ile-de-France, mais l'un d'eux, Louis Le Guay, s'installa à Abbeville au XVIIIe siècle où il acquit aussi une solide réputation. Cette thèse retrace l'histoire de cette dynastie renommée mais opnt ne connaissait presque rien. Elle s'est attachée à identifier chancun des membres de la famille, leur insertion dans la société, et le fonctionnement de leur atelier. La première génération fut marquée par une ambition sociale affichée; dans les années 1680, la famille fut dominée par la figure de Madeleine Delaistre, la veuve de Florentin Ier Le Guay. Parmi leurs enfants, on trouve un chanoine de Langres et trois fondeurs de cloches, dont Florentin II Le Guay fut le plus talentueux : il réalisa le bourdon Emmanuel de la cathédrale Notre-Dame de Paris et bien d'autres cloches encore. Caractérisée par une forte cohésion familiale, la dynastie se dispersa cependant au XVIIIe siècle tout en gardant le foyer central parisien où Florentin III Le Guay succèda à son père. Ce travail s'est également penché sur la production des Le Guay, notamment grâce aux cloches encore conservées ; quelques études de cas particuliers permettent des observations plus détaillées. Les conditions de travail, les étapes de l'entreprise commerciale et artisanale sont examinées à la lumière des archives et du patrimoine dont la transmission jusqu'à nos jours a retenu l'attention.; The Le Guay dysnasty represents one of the most illustrious bell-founders family in the French Ancien Regime. They are known from 1650 to 1742 and disappeared without a trace, in the same way they appeared. They lived in the faubourg Saint-Marcel in Paris and smelted bells especially in the Ile-de-France regio, with the exception of Louis Le Guay who settled in Abbeville in the 18th century. He gained there a strong reputation. One will find in this thesis the history of the famous Le Guay dynasty almost unknown at that time; It identifies each members of the family with their engagement into society and the inner workings of their workshop. The first generation is characterised by a stated social ambition ; in the 1680's the family was predominated by the image of the widow of Florentin Ist Le Guay, Madeleine Delaistre. Their children were the canon of Langres and three bell-founders. Florentin 2nd Le Guay, who did the tenor bell Emmanuel for Notre-Dame de Paris cathedral was the most talented. Despite the full family cohesion, the members of the dynasty scattered over in the 18th century but they kept their main home in Paris, where Florentin 3rd Le Guay took over from his father. This study concerns also the production from Le Guay's family, especially thanks to the still-existing bells. Some more specified studies bring more detailed comments. The heritage and the archives permit to look into the working conditions, the steps of the commercial and handcrafted family business..Bibliographie: Bibliogr.p.51. Index.Note de thèse: .Sujet - Nom commun: Sujet - Nom géographique:
Tags from this library: No tags from this library for this title. Add tag(s)
Log in to add tags.
    average rating: 0.0 (0 votes)

Consultation soumise à l'autorisation préalable de l'auteur

751052319:52201237X Consultation au site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales soumise à l'autorisation préalable de l'auteur

Bibliogr.p.51. Index

Thèse diplôme d'archiviste-paléographe Histoire Paris,ENC 2015

La dynastie des Le Guay représente l'une des plus illustres familles de fondeurs de cloches en France sous l'Ancien Régime. Ils sont connus de 1650 à 1472, et ont disparu comme ils étaient apparus, sans laisser de trace. Ils habitaient à Paris dans le faubourg Saint-Marcel, fondaient des cloches principalement en Ile-de-France, mais l'un d'eux, Louis Le Guay, s'installa à Abbeville au XVIIIe siècle où il acquit aussi une solide réputation. Cette thèse retrace l'histoire de cette dynastie renommée mais opnt ne connaissait presque rien. Elle s'est attachée à identifier chancun des membres de la famille, leur insertion dans la société, et le fonctionnement de leur atelier. La première génération fut marquée par une ambition sociale affichée; dans les années 1680, la famille fut dominée par la figure de Madeleine Delaistre, la veuve de Florentin Ier Le Guay. Parmi leurs enfants, on trouve un chanoine de Langres et trois fondeurs de cloches, dont Florentin II Le Guay fut le plus talentueux : il réalisa le bourdon Emmanuel de la cathédrale Notre-Dame de Paris et bien d'autres cloches encore. Caractérisée par une forte cohésion familiale, la dynastie se dispersa cependant au XVIIIe siècle tout en gardant le foyer central parisien où Florentin III Le Guay succèda à son père. Ce travail s'est également penché sur la production des Le Guay, notamment grâce aux cloches encore conservées ; quelques études de cas particuliers permettent des observations plus détaillées. Les conditions de travail, les étapes de l'entreprise commerciale et artisanale sont examinées à la lumière des archives et du patrimoine dont la transmission jusqu'à nos jours a retenu l'attention.

The Le Guay dysnasty represents one of the most illustrious bell-founders family in the French Ancien Regime. They are known from 1650 to 1742 and disappeared without a trace, in the same way they appeared. They lived in the faubourg Saint-Marcel in Paris and smelted bells especially in the Ile-de-France regio, with the exception of Louis Le Guay who settled in Abbeville in the 18th century. He gained there a strong reputation. One will find in this thesis the history of the famous Le Guay dynasty almost unknown at that time; It identifies each members of the family with their engagement into society and the inner workings of their workshop. The first generation is characterised by a stated social ambition ; in the 1680's the family was predominated by the image of the widow of Florentin Ist Le Guay, Madeleine Delaistre. Their children were the canon of Langres and three bell-founders. Florentin 2nd Le Guay, who did the tenor bell Emmanuel for Notre-Dame de Paris cathedral was the most talented. Despite the full family cohesion, the members of the dynasty scattered over in the 18th century but they kept their main home in Paris, where Florentin 3rd Le Guay took over from his father. This study concerns also the production from Le Guay's family, especially thanks to the still-existing bells. Some more specified studies bring more detailed comments. The heritage and the archives permit to look into the working conditions, the steps of the commercial and handcrafted family business.

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.